Marc d'Haenen

Le rucher collectif d’Inzerki, un patrimoine historique Berbère…


Certes connu dans la communauté mondiale des apiculteurs, le rucher collectif d’Inzerki, aussi appelé « Taddart ou Guerram », reste un endroit très confidentiel. Peu de touristes font le long et délicat chemin menant à cet endroit hors du temps. Et pourtant, on pourrait le qualifier de trésor du patrimoine Berbère, rien que par le fait qu’il est le plus grand et le plus vieux rucher collectif au Monde !

Différents écrits attestent de sa construction, dans sa forme actuelle, vers les années 1850, mais la tradition orale confirme que l’apiculture est bien plus ancienne sur ce site. D’après Brahim Chtoui, président de l’Association Taddart Inzerki pour le développement et la coopération, cette pratique de mettre les ruches en commun remonterait à plusieurs siècles à Inzerki.


Le rucher collectif d'Inzerki
Le rucher collectif d'Inzerki

Les tribus Berbères du Souss ont depuis très longtemps pratiqué l’apiculture de manière nomade. Les ruches sont déplacées au gré des floraisons, différentes selon les pluies, les sécheresses ou l’altitude. Les ruches sont ainsi déplacées là où se trouvent le plus de fleurs et où le site est le plus propice pour les abeilles. Le site d’Inzerki combine de nombreux avantages : un versant Sud bien ensoleillé, une altitude de 980 mètres, un climat relativement stable sur toute la bonne saison, une abondance de plante et fleurs mellifères (Thym, Lavande, Arganiers, Palmiers, fleurs de montagne,…), un isolement relatif par rapport aux centres urbains et la facilité de surveillance du site. C’est pourquoi les apiculteurs des douars de la région ont choisi cet endroit comme emplacement permanent et construit ce rucher collectif, leur permettant de ne plus devoir déplacer les ruches. Un gardien surveille constamment l’ensemble et est rétribué par la communauté.


Détail des cases
Détail des cases

Quelques 80 familles disposent ainsi d’emplacements, constitués de cases, divisée chacune en 4 étages de dimension égale, avec un espace libre au dessus un peu plus grand. L’espace du dessous et celui du dessus sert à la ventilation et à l’éventuel écoulement de l’eau de pluie. L’essaim d’abeilles est place dans une ruche artisanale, ayant la forme d’un long cylindre en roseau tressé ou en écorces d’arbre. Les extrémités sont bouchées par un cercle de bois. Un petit trou est aménagé pour l’entrée et la sortie des abeilles. Un seul de ces cylindre est placé par étage, en quinconce, évitant ainsi la superposition des sorties de ruches et les bagarres des abeilles de ruches rivales. Ca donne donc trois ruches par case. Quand le cylindre est rempli de miel, l’apiculteur débouche l’avant et colmate entièrement la cellule, donnant un nouvel espace ou les abeilles peuvent développer les rayons. L’étanchéité des cylindres et de la cellule est réalisé avec de la boue ou de la bouse de vache séchées. Chaque famille disposant de plusieurs cases, on y trouvait donc, au moment où l’activité fut la plus élevée, un total de quelques 4000 ruches sur ce seul endroit.


Brahim nous montre ses ruches traditionnelles
Brahim nous montre ses ruches traditionnelles

Deux races d’abeilles sont élevées dans la région du Souss, l’abeille noire et l’abeille Saharienne, qui se sont croisée entre elles donnant une nouvelle race spécifique à la région. L’abeille noire est réputée pour son agressivité, alors que l’abeille Saharienne est réputée elle pour sa douceur. La nouvelle race combine les valeurs de deux précédentes, très résistante et très prolifique, nettement moins agressive que l’abeille noire.

 

Malheureusement, en 1990 puis en 1996, des intempéries inhabituelles, avec de fortes crues, ont endommagé le rucher. De nombreuses cases se sont effondrées. Entrainant un abandon du site au profit de ruches modernes, faciles à déplacer en cas de nécessité. Malgré des tentatives de réhabilitation du site, aidées par des associations étrangères, le rucher n’a pas encore retrouvé aujourd’hui son activité d’antan. Les nouvelles constructions ne répondant malheureusement pas exactement au modèle d’origine. Notamment pas la qualité du bois employé. A l’origine on utilisait du bois de thuya, réputé pour sa bonne tenue dans le temps et ne pourrissant pas, mais très cher. Les réparations ont été faites avec du bois d’eucalyptus, nettement moins solide et moins résistant dans le temps. D’autres soucis, comme la mauvaise évacuation de l’eau de pluie, sont encore à déplorer. Résultat du au fait que l’entrepreneur qui a réalisé les travaux n’était pas qualifié en apiculture traditionnelle. Comme l’Association n’existait pas encore, personne de compétant n’a supervisé les travaux. 


Une ruche traditionnelle, le petit trou en dessous est l'entrée des abeilles
Une ruche traditionnelle, le petit trou en dessous est l'entrée des abeilles

On compte seulement huit familles qui l’utilisent encore aujourd’hui. C’est pourquoi l’Association Taddart Inzerki pour le développement et la coopération a vu le jour. En se regroupant, ceux qui veulent protéger le site et le réhabiliter, espèrent voir leurs efforts porter leurs fruits. Dès que les fonds seront suffisants, l’Association compte diriger une nouvelle campagne de restauration du rucher dans les règles de l’art.

 

Brahim Chtoui, le Président de l’Association, sert de guide au quelques touristes de passage, pour la visite du rucher. Il explique en détail l’histoire, le fonctionnement du rucher, les plantes et fleurs de la région, les vertus du miel, etc,… Ensuite, il offre le thé à la menthe, la dégustation du miel et de l’Amlou,… dans sa maison située non loin du rucher. Il nous explique qu’il serait bien d’avoir beaucoup plus de touristes qui viennent, qui achètent du miel et qui sont sensibilisés à la cause de la survie de ce site exceptionnel. L’Association a d’ailleurs fait la demande pour pouvoir mettre une plaque informative, montrant la direction d’Inzerki, au niveau de la route nationale 8, près d’Argana. Car pour l’instant il n’est pas facile du tout de trouver l’endroit.


Pour se rendre à Inzerki :

Ruches traditionnelles en roseau tressé
Ruches traditionnelles en roseau tressé

La distance totale depuis Agadir est de 82 Km. Il est tout à fait faisable d’y aller en voiture de tourisme normale. Un 4x4 n’est pas indispensable. La piste, d’une dizaine de kilomètres depuis la route nationale est en bon état.

 

Au départ d’Agadir, prendre la direction de Marrakech. Avant le début de l’autoroute, un panneau indique la sortie à droite pour prendre l’ancienne route nationale 8, en direction d’Argana.

 

La route monte dans les montagnes en traversant des petites bourgades. Un petit arrêt sympa est possible au lac du barrage Abdelmoumem. Après Argana, comptez 6 kilomètres et la piste démarre à votre gauche. Actuellement l’endroit n’est pas facile à trouver et il n’y a pas de panneau.

 

Une fois la piste trouvée, montez à votre aise à travers la montagne, en traversant des petits hameaux. Les paysages sont magnifiques, alternant les zones de terre rouge, les montagnes et parfois une végétation luxuriante. Roulez doucement, la piste est en bon état, mais une surprise n’est jamais exclue.

 

N’y allez pas en voiture de tourisme si des pluies viennent de se produire les jours précédents. Vous pouvez aussi vous renseigner sur l’état de la piste en appelant Brahim Chtoui, le président de l’Association (coordonnées en fin d’article). Après 10 kilomètres vous arrivez à une intersection, avec un panneau (en mauvais état) indiquant le site et offrant une explication sommaire. Prenez à votre gauche et stationnez votre véhicule en contre bas. La maison de Brahim est à quelques centaines de mètres. Il se fera un plaisir de vous faire découvrir l’endroit.

 

Texte et photos : Marc d’Haenen.


Plus d’infos :

Brahim explique le fonctionnement du rucher
Brahim explique le fonctionnement du rucher

Brahim Chtoui, Président de l’Association Taddart Inzerki pour le développement et la coopération (pour toute information directe ou visites du rucher):

Tél : +212-6-73-90-79-64 ou +212-6-40-16-54-71

 

Le rucher d’Inzerki sur Wikipedia :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Inzerki

 

La page Facebook du Rucher d’Inzerki :

https://www.facebook.com/pages/Le-Grand-Rucher-DInzerki-Page-Officielle/137261399766260

 

Vous trouverez beaucoup d’informations sur le blog de Michel Terrier (sur Inzerki mais aussi sur toute la région d’Agadir et du Souss)

http://terriermichel.wordpress.com/2012/04/06/une-nouvelle-visite-au-rucher-collectif-dinzerki/

 


les personnages en haut permettent de se rendre compte de la taille de l'ensemble
les personnages en haut permettent de se rendre compte de la taille de l'ensemble

La magnifique région d'Inzerki
La magnifique région d'Inzerki



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 29 Juillet 2016 - 15:18 Campagne promo du Tourisme Agadir Souss Massa 2016






Météo Agadir



Partager ce site